Deux doses de Pfizer réduisent la concentration et la mobilité des spermatozoïdes selon une étude israélienne

Voici une étude israélienne publiée le 17 juin dernier dans le European Journal of Andrology et dont vous n’entendrez probablement pas parler dans nos grands médias : « La vaccination contre la COVID-19 avec le BNT162b2 nuit temporairement à la concentration et à la motilité totale des spermatozoïdes chez les donneurs de sperme ».

La motilité totale (mobilité) des spermatozoïdes, c’est le nombre total de spermatozoïdes mobiles dans un échantillon. La concentration du sperme et le nombre total de spermatozoïdes mobiles après deux injections de Pfizer selon le nombre jours après l’injection se lit comme suit :

Concentration du sperme :

Entre 15-45 jours (T1) : -14,5%

Entre 75 150 jours (T2) : -15,4%

Après 150 jours (T3) :  -15,9%

Nombre total de spermatozoïdes mobiles :

Entre 15-45 jours (T1) : -2%

Entre 75 150 jours (T2) : -22,1%

Après 150 jours (T3) :  -19,4%

Selon les auteurs, cette étude démontre « un déclin temporaire de la concentration du sperme et de la motilité totale 3 mois après les injections, suivi d’un retour à la normale ».

Des experts indépendants qui ont analysé l’étude trouvent étrange que les auteurs concluent à un retour à la normale après 150 jours. Ce genre de conclusion est courante dans les publications scientifiques et sert de toute évidence à ne pas miner la confiance du public dans la vache sacrée, invariablement sûre et efficace.

Le 15 mars dernier, l’auteure a fait une publication Facebook sur la présence d’anticorps antispermatozoïdes parmi les effets secondaires de l’injection de Pfizer. L’information provenait des documents de la compagnie que la Food and Drug Administration (FDA) a été forcée de divulguer grâce à une ordonnance judiciaire. Facebook a rapidement censuré la publication, puis l’a autorisée à nouveau :

(pour y accéder, collez le lien entre guillemets après https://www.facebook.com/ « permalink.php?story_fbid=pfbid0v4wxdABvNBJyhPCJGc96V48vgaXDQHWdvWMVdnqZeNRvteVnAY5dz5nU1Mxudrbpl&id=100063484129370 »)

Doit-on conclure que l’injection Pfizer cause temporairement l’asthénospermie?

Dans la fiche sur l’asthénospermie de Passeport Santé, on explique :

« L’asthénospermie désigne une anomalie du sperme affectant la mobilité des spermatozoïdes. Moins mobiles, les spermatozoïdes voient leur pouvoir fécondant altéré, avec un impact sur la fécondité de l’homme. Le couple peut alors rencontrer des difficultés à concevoir. »

Les causes peuvent être nombreuses, incluant « la présence d’anticorps anti-spermatozoïdes ».

On aura sûrement droit à un fact-check là-dessus prochainement, gracieuseté de Jean-François Cliche, sociologue et journaliste au Soleil, grand défenseur de Big Pharma et critique acharné des scientifiques qui osent douter de leurs déclarations biaisées et non dénuées de conflits d’intérêts.

***

Un IMMENSE MERCI à tous ceux qui encouragent mon travail! Sans vous je serais obligée de donner des cours d’anglais, ce qui serait beaucoup plus payant, mais beaucoup moins important pour notre avenir!

Par PayPal : paypal.me/tribunaldelinfaux

Par courriel : tribunaldelinfaux@gmail.com (réponse : tribunal)

Merci aussi à ceux qui partagent, ça aide à contrer le « shadowban » de Facebook!

3 commentaires sur “Deux doses de Pfizer réduisent la concentration et la mobilité des spermatozoïdes selon une étude israélienne

Ajouter un commentaire

  1. Moi je dis que si la vaccination affecte les spermatozoides, elle se permet également d’en transférer des éléments via le sperme. Donc, avis aux dames non-vaccinées de se protéger du vaccin avec un conjoint vacciné …

    J’aime

    1. En effet, même que dans les essais cliniques, Pfizer avait averti le personnel soignant par rapport à leurs rapports sexuels, je ne me rappelle plus les détails, mais ça laissait sous-entendre que les injections pouvaient avoir des effets sur les personnes non injectées en contact étroit avec des patients injectés. Pas rassurant!

      J’aime

      1. Vous imaginez dans 2, 5 ou 10 ans comment il deviendra impossible de connaître l’historique ‘amoureux’ des relations qui auront été incarnée charnellement entre des personnes injectées à l’ARN expérimental phase II, soit environ 90 % de la population avec l’autre 10 % ?

        Après la passe nazitaire attestant des injections Légotomisantes, Ar-rutilantes et Dubélitantes, ce sont ces derniers 10 % qui voudront obtenir une ‘passe de non contamination’ ?

        La passe KAK-NI

        Komplotiste Amateur Kébec – Non Injecté.

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :